L’esprit de sérieux, ennemi public ?

L’esprit de sérieux est, me semble t-il, un des grands maux de notre époque !

Assénant ses pseudo-certitudes, il nous maintient souvent dans la peur et l’insécurité psychologiques, et étouffe la légèreté, la gaieté, la fluidité et la joie naturelle qui caractérisent la vie.

Pesanteur, gravité, domination… Tel est le carcan (social, rationaliste, économique, financier, etc…et culpabilisant !) qui ternit le quotidien, le réduit à une répétition morose et déshumanisée, et nous coupe de notre authenticité, de notre innocence intérieure.

« L’esprit de sérieux est un symptôme évident d’une mauvaise digestion »  ironisait Nietzsche.

Il me semble très libérateur de retrouver une certaine légèreté (insoutenable légèreté de l’Etre…), et de ne pas trop se prendre au sérieux, ni soi-même ni les rôles que nous endossons chaque jour dans cette drôle de comédie humaine…Et lâcher aussi notre orgueil qui nous laisse penser que nous savons mieux que les autres ce qu’il faut faire, que nous savons mieux ce qu’est la vie…

Et retrouver ainsi notre capacité d’émerveillement, notre plaisir à être tout simplement, à travers nos différentes activités et rencontres.

Share this Post