Personnalité, Ego, Soi dans les différentes cultures

En Occident, nous considérons souvent qu’il est nécessaire d’avoir une personnalité bien affirmée pour faire face au monde. Avoir une forte personnalité est souvent perçu comme un motif de fierté, de sécurité, et d’authenticité.

En France, chacun est encouragé à exprimer sa singularité et à défendre ses poins de vue personnels. Le mode de vie individualiste renforce également cette tendance à l’identification personnelle : ma vie, mon temps, ma voiture, ma famille, mon/ma partenaire, etc. Il est aussi intéressant que même la psychologie et la psychanalyse cultivent cet attachement à notre histoire personnelle, à notre passé, à nos problèmes, etc.

Les autres cultures ne partagent pas forcément ce point de vue.

  • Dans les cultures collectives, il est assez inconcevable que l’individu se mette en avant. Par respect pour l’harmonie du groupe, chacun est tenu à une certaine réserve dans l’expression de ce qui est personnel. En Islam ou même en Asie, l’humilité est une valeur clé, et l’arrogance personnelle un défaut très mal vu.
  • Dans l’Hindouisme, l’ego est considéré comme une forme d’illusion qui doit être dépassée, pour laisser la place au Soi, à l’Etre essentiel. L’école de la non dualité (Advaita) enseigne que le sentiment de séparation avec le monde est une forme d’illusion, qu’il n’y a pas vraiment de « personne ».
  • Dans le Bouddhisme, il y a cette même approche : laisser se dissiper l’illusion de la personnalité pour percevoir la réalité du monde, la Vacuité, l’Impermanence des phénomènes. L’attachement égotique est perçu comme une source de souffrance, car elle engendre la peur de perdre ce que nous avons (possessions matérielles, personnalité, corps physique, etc).

Individu libre et responsable ?

Dans l’Occident moderne, le concept d’individu libre, autonome, responsable nous paraît une évidence. Pourtant, les philosophies orientales ont une vue fort différente : elles considèrent que l’homme est le produit, voire le jouet, de nombreuses influences impersonnelles qui le dépassent, et il n’est en ce sens ni un individu séparé (mais plutôt un maillon dans un tout plus grand), ni totalement libre de ses choix (affecté par des forces qui le dépassent). Cette conception est d’ailleurs très proche de la philosophie Spinoziste et des penseurs structuralistes.

Cette « vacuité identitaire » a inspiré de nombreux tableaux d’artistes contemporains :

 

Charles Sabourin

Image result for magritte

Magritte

Related image

 

Share this Post