Réincarnation et sens de la vie dans les sagesses Egyptienne, Hindouiste et Tibétaine

Pour des occidentaux en quête de sens, la vision de la vie des Égyptiens me semble fournir des éléments inspirants. Elle est d’ailleurs commune avec beaucoup d’autres sagesses, en particulier l’Hindouisme et les enseignements du Tibet.

Selon les Egyptiens, la vie sur Terre est essentiellement un processus d’évolution et d’apprentissage.

L’Ame s’incarne dans un corps matériel pour venir expérimenter le monde de la Matière, apprendre par l’expérience les lois de la Vie et intégrer progressivement la Sagesse universelle. L’Homme, initialement mu par sa nature animale, est parfois porté vers des comportements instinctifs, égoïstes, violents, source de disharmonie dans sa vie. Confronté aux conséquences de ses actes, il apprend à maîtriser ses pulsions et s’orienter vers des comportements altruistes, bons, justes, générateurs d’harmonie.

Ainsi, les circonstances, les processus que l’homme doit traverser sont conçus comme un plan pour guider son évolution. Après chaque incarnation, une sorte de bilan est effectué, et la nouvelle incarnation est définie en fonction, pour compléter l’apprentissage. L’Ame peut se réincarner des centaines de fois pour parfaire son apprentissage.

Que l’on adhère ou non à cette conception, il me semble qu’elle peut parfois nous permettre de relativiser l’importance de certaines de nos préoccupations. Savoir que nous sommes à «l’école de la vie » est souvent libérateur, et nous permet de vivre plus légers et plus joyeux quelles que soient les circonstances.

Share this Post