La pièce aux miroirs : le monde, reflet de notre intériorité (Conte soufi)

Un homme, très imbu de lui-même avait fait bâtir en sa demeure une magnifique pièce aux miroirs : tous les murs et le plafond de cette chambre étaient recouverts de miroirs.

Souvent, il se recueillait dans cette pièce, s’admirait, se pavoiser, parader.

Un jour, il omit de refermer la porte en sortant de la pièce. Son chien y pénétra. Apercevant face à lui d’autres chiens, l’animal se mit à les renifler. Comme ils le reniflèrent aussi, il se mit à grogner. Comme ils se mirent à grogner, il se mit se mit à aboyer. Comme ils aboyaient, il se rua sur eux.

Ce fut un combat terrible: les batailles contre soi-même sont les plus féroces qui soient ! Le chien mourut, exténué.

Un sage qui passait par là conseilla à l’homme :

– Ne condamnez pas cet pièce. Elle a beaucoup à vous apprendre.Que voulez-vous dire ?
– Ce lieu peut beaucoup vous apprendre, laissez-le ouvert.
– Que voulez-vous dire?
– Le monde est aussi neutre que vos miroirs. Selon que nous sommes admiratifs ou anxieux, il nous renvoie ce que nous lui donnons. Soyez heureux, le monde l’est. Soyez inquiet, il l’est aussi. Nous y combattons sans cesse nos reflets et nous mourons dans l’affrontement. Que ces miroirs vous aident à comprendre ceci: dans chaque être et chaque instant, nous ne voyons ni les gens, ni le monde, mais notre seule image. Voyez cela, et toute peur, tout refus, tout combat vous abandonneront.

 

Share this Post