Connaissance, Science et Tradition

Les cultures asiatiques, africaines, et Sud Américaines entre autres, accordent beaucoup plus d’importance que nous à la notion de transmission et à la tradition.

Dans ces cultures, c’est l’ancien, le professeur ou l’homme d’expérience qui détient la vérité. Et cette vérité est transmise de génération en génération.

Dans nos cultures occidentales, animées par le mythe du Progrès et résolument tournées vers l’avenir et la science, nous avons tendance à considérer comme vrai uniquement ce qui peut-être observé ou démontré scientifiquement.

C’est une attitude qui nous protège d’une certaine crédulité mais elle a l’inconvénient de nous couper de la possibilité d’accueillir d’autres vérités moins rationnelles qui nous viennent du passé

A travers cela, ce sont aussi 2 visions du temps et de l’évolution qui se répondent :

  • les « traditionalistes » (essentiellement civilisations hors occident) voient la source de la connaissance dans le passé, considérant que celle-ci savoir se perd à mesure que l’histoire avance.
  • Les « modernistes » voient l’histoire comme un progrès et le développement croissant de la connaissance.

Il est intéressant de voir que cette différence de conception transparait déjà dans les mythologies des différentes cultures :

  • Dans la plupart des mythologies, les anciens sont honorés avec une grande déférence par les plus jeunes.
  • Or dans la mythologie Grecque, qui est un des points de départs de la pensée occidentale, les mythes du renversement d’Ouranos par son fils Cronos, puis de Cronos par son fils Zeus, préfigurent déjà cette remise en question de la tradition par les nouvelles générations.
Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*