Sur notre rapport à la religion…

L’Occident moderne se caractérise, dans l’ensemble, par un fort rejet des dogmes religieux. Pour de nombreuses personnes, tout ce qui rappelle de près ou de loin le messianisme  des temps passés est rejeté. Toute référence à des concepts religieux est souvent interprétée avec une forte suspicion. Aussi tout le vocabulaire religieux (Ame, Résurrection, etc) suscite souvent une réaction presque allergique, au nom de la Laicité et du Rationalisme.

Il est indéniable que beaucoup de mal a été fait au nom de la religion : des croisades à l’Inquisition, de l’aveuglement des masses à l’auto-flagellation individuelle, le joug de l’Eglise a a apporté son lot de souffrance à l’humanité. Le fait que certaines connaissances aient été utilisées par les puissants de l’Eglise pour asservir les masses est légitimement condamnable. En ce sens, l’effondrement de la domination cléricale peut-etre perçue comme une saine libération.

Mais il n’en reste pas moins que certains textes sacrés sont des puits de sagesse, utiles pour nous éclairer sur la place de l’homme sur la Terre et dans l’univers, et peuvent parfois s’avérer complémentaires des vérités scientifiques.

D’abord parce qu’ils nous protègent contre l ‘appauvrissante et écrasante toute puissance actuelle de la Raison et de la Science. Ensuite, parce que qu’ils nous relient à certaines connaissances des anciens dont nous aurions tort de nous couper.

Share this Post