Pensée mécanique ou pensée créative ? Le piège de l’intellect !

Selon certaines études, nous avons, dans un état de conscience ordinaire, environ 60 000 pensées par jour, dont 95% sont des pensées répétitives (similaire à la veille), et 80% plutôt négatives

Etant donné l’impact de nos pensées sur notre état émotionnel et mental, et donc sur notre qualité de vie, il me semble utile de connaître les différentes formes de pensées :

  • Pensée mécanique : pensées répétitives.,le plus souvent négatives. Elles n’ont aucune valeur ajoutée et constitue une dangereuse pollution mentale, source de stress, de fatigue et de maladies. Souvent liées au ressassement du passé (regrets, remords) ou à l’anticipation de l’avenir (inquiétude)
  • Pensée réflexive (intellect) : particulièrement valorisée en France, elle permet de créer et de manipuler des concepts, la pensée logique et analytique qui caractérise la philosophie et la science occidentales. Mais dans de nombreuses traditions, elle est considérée comme une forme d’intelligence inférieure et limitée, car elle ne brasse que du « connu », et travaille donc en circuit fermé. Caricaturalement, nous pourrions dire que ce sont des neurones qui jouent au ping-pong.
  • Intuitive : elle est une forme de connaissance directe, immédiate, globale, qui appréhende la réalité au delà de la simple dimension visible
  • Inspiration : consiste à recevoir des informations  en provenance de plans « supérieurs ».

Dans de nombreuses sagesses, l’inspiration et la pensée intuitive sont considérées comme les formes les plus hautes et les plus créatives, car elles mettent en contact l’homme avec des intelligences « supérieures ». Dès lors, le processus de création est tout autant caractérisé par un processus de disponibilité et de réceptivité. La création consiste à se faire trait d’union entre l’invisible et le visible.

Share this Post