Savoir, Compréhension, Connaissance

Notre civilisation occidentale est caractérisée par une certaine frénésie intellectuelle, une production impressionnante de concepts, d’informations en tous genres, une accumulation quasi-boulimique de savoirs divers. Aussi est-il légitime de se demander : en quoi cette abondance d’informations contribue t-elle vraiment à l’épanouissement des individus ? Est-ce vraiment cela, la Connaissance ?

S’il est indéniable qu’une certain développement mental a permis de fortes avancées scientifiques, technologiques, sociales, force est de constater que l’accumulation de concepts et d’informations crée aussi une saturation, un encombrement, une pollution mentale, qui finit par entraver l’épanouissement individuel et collectif.

Dans la vision des Lumières, la Connaissance et le Progrès sont censés libérer l’homme. Mais après 3 siècles de rationalisme exacerbé, il semble que l’orientation mentale de nos sociétés soit aussi un enchaînement. Et des sociétés plus simples, moins orientées vers l’intellect, semblent accéder plus facilement à une vie plus harmonieuse. Aussi la distinction entre les termes suivants semble t-elle très utile :

  • Savoir
  • Compréhension : Cum prendere = Prendre avec
  • Con-naissance : Cum Nascere = Naître avec

De là cette notion que la véritable Connaissance induit en nous une transformation intérieure, une seconde naissance qui change notre rapport au monde et nous permet de vivre mieux. En particulier, la véritable Connaissance est vécue de façon globale, et non par le seul intellect.

A l’inverse, l’accumulation de savoirs inutiles est un encombrement purement mental, une pollution qui entrave notre épanouissement intégral.

Share this Post