Dépendance – Indépendance – Interdépendance

Le tryptique « Dépendance-indépendance-interdépendance » me semble intéressant pour décrire l’évolution de nos relations aux autres et plus généralement, notre rapport au monde.

Ce processus de maturation caractérise l’évolution individuelle, mais peut aussi être appliqué au niveau collectif, pour caractériser une société donnée.

1/ Dépendance-Indépendance-interdépendance dans les différentes cultures

En Occident (et plus généralement, dans les cultures individualistes), il me semble que nous faisons fortement l’expérience de l’indépendance, tant matérielle que psychologique. Et nous évoluons progressivement vers une logique d’interdépendance. A noter cependant que malgré notre impression d’indépendance, nous sommes également immensément dépendants de la société dans laquelle nous vivons (conditionnement mental, subsistance matérielle, système monétaire, éducatif, etc).

Hors Occident, les modes de vies plus communautaires ont plutôt une orientation vers l’interdépendance (importance des relations et de la circulation de l’énergie et des biens), mais qui verse parfois dans la dépendance. A noter que l’interdépendance est d’ailleurs un concept très présent dans les enseignements bouddhistes.

La dynamique actuelle de croissante interconnexion planétaire (internet, échange commerciaux, etc) nous fait évoluer vers plus d’interdépendance : nous prenons progressivement conscience que ce qui se fait dans un endroit du monde à un impact sur tous, et sur la planète entière, pour le meilleur et pour le pire (!) : interdépendance écologique, organisations transnationales, flux financiers sans frontières, chaines de production relocalisées, circulation de l’information, etc. Toutes ces problématiques nous permettent, dans une mesure, de développer une conscience planétaire.

2/ Dépendance-Indépendance-interdépendance sur la trajectoire globale de nos vies individuelles

a – Dépendance
Dans le jeune age de la vie, nous sommes plutôt dans une situation de dépendance, à la fois matérielle, affective (vis à vis de nos parents) et mentale (nous recevons le « formatage » culturel). Nous faisons l’expérience de l’attachement et des contraintes. Ce qui n’est dans un premier temps, pas nécessairement désagréable puisque nous n’avons pas expérimenté autre chose. Parallèlement, ces limitations nous procurent également une certaine sécurité, comme un cocon.

b – Indépendance
A l’age adulte, il y a un mouvement d’émancipation, une prise de distance avec les autres, un sentiment de liberté : indépendance financière (et donc matérielle), mais également indépendance intérieure, car nous prenons du recul sur notre mode de vie, sur notre conditionnement moral. Nous expérimentons le plaisir de prendre de notre vie en main, et de ne plus dépendre des autres. Cette liberté peut aussi effrayer, et créer une sensation de vertige ou d’insécurité.

D’une certaine façon, ce sont les forces de l’ego qui structurent l’individu et permettent de s’extraire du conditionnement collectif. Mais ces forces peuvent alors devenir une nouvelle prison, une nouvelle limitation, si un juste équilibre n’est pas trouvé. Si l’individu se recroqueville sur cette indépendance, il y un risque de dessèchement et d’isolement, avec un syndrome du « moi contre les autres ».

c – Interdépendance :
Dans une étape suivante, nous prenons conscience que malgré notre impression d’indépendance et de séparation du monde, tout ce qui est vivant est relié, comme un seul être : interconnexion avec la nature, avec tous les êtres vivants, sentiment de fraternité, réalisation que « Tout est Un ».

Emerge alors le sens du service des autres et de la Vie, un sentiment de responsabilité. Nous comprenons que chacune de nos actions a un impact sur les autres, alors nous devenons plus prudents, plus à l’écoute. Matériellement, cela peut se concrétiser par des projets collectifs.

Extrait du livre de référence de Stephen R. Covey : The 7 habits of highly effective people

3/ Remarques :

  • certains auteurs ajoutent également une quatrième étape, la contre -dépendance, pour décrire la phase de transition de la dépendance à l’indépendance
  • ce triptyque peut aussi etre aussi utilisé pour décrire nos relations au couple, travail, argent, etc
  • ce cycle ternaire s’applique également sur différentes durée tout au long de notre vie, au gré de nos attachements matériels, émotionnels ou mentaux.
Share this Post