Mulla Nasrudin, un personnage haut en couleurs (Moyen-Orient)

Mulla Nasrudin (ou Hodja Nasreddin) est un personnage inclassable et haut en couleur : il est le protagoniste d’une multitude d’histoires drôles orientales, intimement liées aux enseignements soufis.

Ces histoires ont souvent plusieurs niveaux de signification. Pleines d’humour, elle renferment une grande sagesse sous leur apparente légèreté. Elle balaient souvent nos certitudes les mieux établies pour renverser nos perspectives habituelles.

Ci-dessous quelques histoires que j’apprécie…Vous en trouverez tout plein d’autres sur Internet ou en librairie.

Le gland et la citrouille
Un soir, étendu sur un grand chêne, Nasrudin philosophe :
– dans quel monde étrange nous vivons! que la nature est mal faite! tout marche à l’envers. tiens, par exemple, pourquoi ce chêne énorme porte-t-il ces minuscules glands pendant de façon ridicule alors que la magnifique citrouille se traîne lamentablement à terre comme une tortue ? À ce moment-là, il reçoit un gland sur la tête.
– Allah est grand! dit-il

Les miettes de pain
« Nasrudin était occupé à jeter des miettes de pain tout autour de lui.
– Mais qu’est-ce que tu fais ? lui demanda quelqu’un.
– C’est pour empêcher les tigres d’approcher.
– Mais il n’y a pas de tigres par ici !
– Exact !… Efficace, n’est-ce pas ? »

Entre les deux
Tout l’après-midi, Nasreddin Hoca s’est promené en compagnie de deux notables de la ville, l’imam et le kadi, mais l’heure est venue de se séparer.
– Tu es vraiment un homme surprenant, remarque le religieux. Parfois on dirait que tu es un filou capable de voler et de duper n’importe qui, et puis, quelques instants après, on croirait avoir affaire à un imbécile.
– Allons, Nasreddin Hoca, sois franc pour une fois, continue le magistrat, dis-nous donc qui tu es en réalité : un escroc, un idiot ?
– Cela dépend, répond le Hoca, mais ce que je peux vous dire tout de même, chers amis, c’est qu’en ce moment je suis
juste entre les deux.

Share this Post