Confucianisme, Taoisme, Bouddhisme : un exemple de coexistence ?

La conception chinoise de la religion a de quoi nous dérouter : tout d’abord, le mot « religion » n’existe pas en chinois : c’est le mot « jiao » qui est utilisé, et qui signifie plutôt « enseignement ».

Ce qui fait la particularité du rapport des chinois à la religion, c’est qu’ils jonglent avec les 3 grandes religions, selon le domaine de leur vie : ils appliquent les principes confucéens dans leur vie sociale, les principes taoïstes en matière d’art de vivre (santé, de nourriture, )et réfèrent le bouddhisme dans les affaires liées à la mort.

A nos yeux d’occidentaux, il serait difficile, voire inconcevable d’être chrétien et musulman à la fois ! En Chine, il n’y a absolument pas cette notion d’exclusivité.

Ce qui fait d’ailleurs écho à l’inclusivité de la pensée chinoise, dans laquelle les contraires sont souvent considérés comme complémentaires, là où l’Occident a plutôt tendance à les opposer.

Du coup, l’histoire chinoise n’a pas été émaillée par des guerres de religion telles que nous les avons connues en Occident. Il y a certes eu quelques rivalités et tensions, mais sans aucune commune mesure avec la violence fanatique qui s’est déchaînée en Occident.

 

Share this Post