Réalisons-nous vraiment le formidable impact de la culture sur nos vies ? Réalisons-nous à quel point notre mode de vie est profondément influencé par notre éducation, par notre environnement, par notre système de valeurs et de croyances ?

« Nous ne voyons pas le monde tel qu’il est, mais tels que nous sommes », affirmait Kant.  

Chaque jour, chaque seconde, la façon dont nous percevons, dont nous interprétons, dont nous réagissons aux différentes situations, dépend grandement de notre filtre culturel. Et bien souvent, toutes ces habitudes mentales sont tellement enracinées en nous que nous ne le réalisons même plus.

Tant que nous sommes pilotés par ces réflexes inconscients, il y a quelque chose de mécanique, de « robotique » dans nos vies. Nous subissons nos habitudes plus que nous ne les choisissons. Et nous les transmettons également – souvent malgré nous – à notre entourage, enfants, amis, collègues.

La métaphore de l’ordinateur reflète assez bien cette problématique : aussi, en interculturel, la culture est parfois définie comme une programmation mentale collective : notre disque dur est chargé de nombreux programmes (croyances, valeurs, habitudes mentales et comportementales) hérités de notre milieu et notre culture : certains sont utiles, d’autres non. Certains même sont distorsionnés et altèrent notre fonctionnement, similaires à des virus informatiques que nous propageons malgré nous par nos paroles et nos comportements. Tout cela appelle un nettoyage et une optimisation pour fonctionner plus sereinement et efficacement.

Planète Cultures est une invitation à prendre du recul sur ces mécanismes, à démêler, conscientiser et épurer nos structures mentales et émotionnelles à travers la rencontre avec les autres cultures : voyage à travers la planète, mais aussi à travers le temps pour y découvrir d’autres modes de pensées.

Et conscientiser ces mécanismes , c’est se redonner la possibilité d’agir plus en conscience, plus libres, à chaque seconde de nos vies, sans être pollué(e)s par des formatages souvent inhibants. Et se donner la capacité d’interagir ainsi avec plus de justesse avec les autres cultures.